syndrome premenstruelle
Santé

Syndrome prémenstruel : nos astuces pour atténuer les symptômes

Les jours précédant les règles, près de 3 femmes sur 4 ressentiraient des symptômes légers ou particulièrement gênants. 1 femme sur 5 connaîtraient des symptômes assez incommodants pour les empêcher de réaliser leurs activités quotidiennes. C’est ce qu’on appelle le syndrome prémenstruel, ou SPM. Voici quelques conseils pour traverser ces jours compliqués de façon plus sereine.

Qu’est-ce que le syndrome prémenstruel ?

Le syndrome prémenstruel désigne la série de symptômes que peuvent connaître les femmes quelques jours avant la survenue des règles. Les symptômes peuvent être physiques ou psychologiques, et s’arrêtent généralement à l’arrivée des règles. Chaque femme présente des gênes de nature différentes, et les symptômes peuvent varier d’un cycle à l’autre et en fonction de l’âge. Certaines personnes n’en ressentent d’ailleurs aucun.

Parmi les symptômes physiques les plus cités, on retrouve le mal de tête, la rétention d’eau, les crampes ou le ballonnement du ventre, la constipation ou la diarrhée, les bouffées de chaleur, la fatigue, les seins gonflés ou encore les chutes de tension. Au niveau de l’humeur et de l’état psychologique, certaines femmes font part d’une augmentation du niveau d’anxiété, de sautes d’humeur, d’une mélancolie ou encore de difficultés à trouver le sommeil.

Comment se soigner ?

Avant d’avoir recours aux médicaments, votre gynécologue vous proposera des méthodes naturelles pour apaiser vos symptômes. Voici un aperçu des solutions existantes.

Lutter contre le stress

Le syndrome prémenstruel serait majoré par le stress. Il est donc conseillé d’agir sur les sources de stress, en limitant ses déplacements et en remettant les tâches administratives et ménagères à plus tard. Supprimer la consommation d’excitants comme le café, l’alcool ou le tabac est également vivement conseillé.

Manger sainement

Changer son alimentation permet de limiter les symptômes inconfortables. En cas de ballonnements, fractionnez les repas. En cas de gonflement du ventre, réduisez votre consommation de sel. D’une manière générale, il faut privilégier les légumes et les céréales complètes, sources d’apports en magnésium.

Faire de l’exercice

L’activité physique diminue la nervosité et atténue les symptômes touchant à l’humeur. Une pratique douce du yoga ou de la natation se révèle particulièrement bénéfique en cas de SPM.

Penser à la chaleur

Pour faire disparaître les douleurs dues aux contractions de l’utérus, vous pouvez utiliser des patchs chauffants ou appliquer une bouillotte sur le ventre ou les lombaires. La chaleur est en effet un antidouleur efficace.

Prendre un traitement médicamenteux en dernier recours

La pilule contraceptive est l’une des solutions les plus efficaces, car elle a tendance à supprimer totalement les symptômes du SPM. Sa prise doit cependant être encadrée par votre gynécologue. Les diurétiques et certaines plantes comme l’onagre peuvent également aider à soulager les douleurs.

Chaque femme présentant des symptômes différents, il est conseillé de demander conseil à votre médecin pour adapter la prise en charge à vos douleurs spécifiques. En cas de symptômes extrêmes, il est possible que vous souffriez d’endométriose. N’attendez plus avant d’en parler à votre gynécologue.

Partager cet article !
error