Actu

Marseille : une Ferrari à louer sans carte bancaire ni caution

La grande question que l’on se pose, c’est celle de savoir si ces voitures de luxe n’ont pas été volées. La réponse est non, mais tout laisse croire qu’elles ont été détournées. Si vous cherchez alors à louer une Ferrari, une Poche ou encore une Audi RS, c’est possible chez certains garages, et ceci, sans carte bancaire ni caution. Eh oui ! Tout est basé sur la confiance et il faut dire que cela laisse un peu rêveur. Récemment, la présidente du tribunal correctionnel de Marseille, Anne-Sophie Houbart a été la première à s’en étonner et un soupçon d’association de malfaiteurs a un moment plané sur ces agissements. Après plusieurs jours d’enquête, ils ont pu mettre aux arrêts 5 suspects pour recel, abus de confiance et association de malfaiteurs.

Pourquoi démontent-ils le tableau de bord ?

Après avoir été interrogés sur ces faits, la plupart des suspects ont expliqué qu’ils ont tenté de résoudre un problème d’allumage intempestif du « voyant antidérapage ». Celui-ci est plus connu sous le nom d’ESP.

Cependant, l’expert qui a vérifié la voiture n’a pas eu la même version et affirme que le démontage du tableau de bord ne pouvait avoir que deux fonctions : tricher sur le kilométrage ou encore désactiver la fonction de géolocalisation. Ce qui fait revenir les soupçons de fraude, car il s’agit d’une opération qui n’incombe pas au locataire d’un véhicule. La présidente du tribunal a d’ailleurs dressé un inventaire des voyages qui ont été effectués, soit 200 à 400 kilomètres par jour avec des vitesses allant jusqu’à 240km/h.

Deux de prison ferme pour Farès

Le tribunal correctionnel de Marseille aurait bien aimé entendre le principal prévenu, Farès, un homme de 33 ans. Mais celui-ci est en fuite et un mandat d’arrêt aurait été émis à son encontre. Sur sa piste, les enquêteurs ont retrouvé une cachette d’armes dans un garage ferrari Marseille. De fausses plaques ont aussi été retrouvées et elles ont été utilisées pour conduire d’autres véhicules de luxe, notamment une Porsche Cayenne et une BMW. Autre question, mais qui reste sans réponse, c’est celle de savoir si ces modèles de véhicules ont servi de « go fast » pour le transport de drogues. D’ailleurs, deux seconds couteaux ont écopé de 4 à 8 mois fermes au moment où le principal mis en cause a été condamné à 2 ans fermes.

Partager cet article !