Immo

Et si vous achetiez une maison en Corse pour votre retraite ?

Vous voilà enfin à l’âge de la retraite, et vous avez désormais l’occasion de faire tout ce que vous souhaitez… Comme déménager à l’autre bout du pays ! Justement, aujourd’hui, via cet article, nous allons vous expliquer pourquoi s’installer en Corse pour la retraite ne revient pas aussi cher que vous ne le pensez. En effet, même à un âge de plus de 60 ans, il est possible de rentabiliser un investissement immobilier en Corse. Explications.

Comment rentabiliser un investissement immobilier en Corse lors de la retraite

Donc voilà, vous avez décidé de vous installer en Corse : vous allez pouvoir profiter de son soleil et de sa qualité de vie (ce n’est pas pour rien l’une des régions touristiques les plus reconnues en France). Cependant, vous n’avez pas forcément l’envie de quitter votre famille, et faites le choix de vivre à mi-temps en Corse. De ce fait, vous l’aurez compris, votre logement en Corse est vide la moitié de l’année, il serait bête de ne pas en profiter… C’est pourquoi, il peut être intéressant, et même rentable, de pratiquer la location à courte durée.

Lire également : Les avantages fiscaux d’investir dans le neuf

Effectivement, grâce à des sites comme Airbnb, Abritel ou Booking, vous pourrez très facilement mettre votre logement en location pour une nuit ou plus. Avec cette méthode, vous pourrez toucher entre 50 et 100 € (voire beaucoup plus) par nuitée louée ! Si vous n’avez pas l’occasion de gérer cela depuis votre autre résidence sur le continent, vous pouvez déléguer cette opération auprès de personnes spécialisées dans la location courte durée en Corse (cela se trouve très facilement).

Vous l’aurez compris, avec cette astuce, vous pouvez investir en Corse sans plomber votre budget, et ainsi profiter de la région quand bon vous semble, tout en restant à proximité de vos proches le reste de l’année. Si vous aimez voyager et découvrir de belles régions, cette solution est certainement la meilleure pour vous.

A lire aussi : L’enrochement : ce qu’il y a à savoir