Comment développer son entreprise à l’étranger ?

Exporter ses produits ou ses services peut être particulièrement avantageux pour une entreprise. Déjà, conquérir un nouveau marché nécessite toujours toute une organisation et des études préalables afin de bien le pénétrer. Si le marché cible est à l’étranger, les étapes pour y développer son entreprise s’allongent et de nombreux autres critères entrent en jeu. L’entreprise doit faire face à de nouvelles réalités et d’obstacles. Mais rien d’impossible toutefois.

Evaluer les capacités de son entreprise

Conquérir de nouveaux marchés fait partie du processus de croissance d’une entreprise. Développer son entreprise à l’étranger peut concerner tous les types d’entreprises. Il ne faut pas penser que seuls les grands groupes ou les très grandes entreprises y ont accès. Même une TPE peut avoir comme ambition d’étendre son marché à l’international. Cela dit, il s’agit quand même d’un projet d’envergure qui nécessite de mûres réflexions mais surtout d’un diagnostic pertinent.

A lire en complément : Comment promouvoir sa marque avec des stylos personnalisés ?

La première étape qu’une entreprise qui veut développer son entreprise à l’international doit commencer par son propre audit. Cette étape permet de mesurer et d’évaluer les forces et faiblesses de l’entreprise tant en termes de ressources – humaines, techniques, financières – qu’en termes de produits et services. Une marque qui est plus ou moins connue dans le pays étranger de son choix n’a pas à déployer les mêmes efforts qu’une marque qui n’y est pas connue du tout.

Etudier les pays ciblés

Compte tenu des nouveaux défis et des nouvelles surprises de l’implantation de l’entreprise, il convient d’avoir le plus d’informations sur le marché du pays à conquérir. Mais surtout il faut également évaluer la pertinence de ce marché par rapport à ce que votre entreprise veut y apporter. Après avoir listé les pays qui intéressent l’entreprise, il convient de lister également les pour et les contres d’investir dans un tel ou tel pays.

A découvrir également : Comment organiser ses cours particuliers en groupe ?

Dans sa démarche, l’entreprise doit être à même de faire des analyses macro et micro-environnementales. Les facteurs politiques et socio-économiques, la législation, les barrières de langues, la situation géopolitique du pays visé…sont autant de facteurs à aborder dans le cadre de groupes de travail hétérogènes. Le développement d’une entreprise à l’étranger doit concerner les collaborateurs de l’entreprise, mais également ses partenaires, ses fournisseurs, etc.

Recalibrer les produits, services et offres

Déjà que sur le marché local, les besoins et les attentes peuvent varier grandement, dans un pays étranger, l’entreprise peut faire face à l’inconnue. Il va de soi que la prochaine étape soit d’étudier dans les détails son nouveau marché. Cette étude de marché est naturellement suivie par sa segmentation. Ce procédé permettra de répondre adéquatement aux besoins et attentes des nouvelles clientèles de l’entreprise.

Ce n’est pas parce que vos hamburgers se vendent comme des petits pains dans vos franchises qu’il ne faille pas forcément y apporter quelques changements en les exportant. Dans ces pays étrangers, n’avez-vous pas déjà des concurrents ? La valeur ajoutée ou la notoriété de vos produits ou services en France sera-t-elle aussi pertinente à l’étranger ? En somme, il est plus facile d’écouler des produits dont vos nouveaux clients cibles ont réellement besoin ou ont envie de posséder ou de consommer.

Les options d’implantation

Votre entreprise peut choisir de s’implanter directement à l’étranger ou tout simplement exporter ses produits. Dans tous les cas, il sera toujours essentiel pour l’entreprise d’avoir des contacts, de communiquer et de collaborer avec des agences, des entreprises dans le pays étranger. Tout du moins, votre entreprise doit y avoir un bureau de liaison. Pour ce qui est des modes d’implantation, ils sont nombreux.

Le choix du mode d’implantation est fonction de la stratégie adoptée par l’entreprise, des contraintes commerciales et juridiques, des normes auxquelles elle doit se conformer. Entre autres modes d’implantation, votre entreprise peut choisir la vente directe, la sous-traitance, la franchise, le joint-venture. Vous pouvez également passer par des bureaux d’achats, des importateurs ou encore des concessionnaires. Enfin, votre entreprise peut également ouvrir une succursale ou une filiale.

Articles similaires