Comment assurer une voiture qui ne roule pas ?

L’assurance automobile est une noble obligation pour tout conducteur de véhicule en circulation. Mais dit de la sorte, il serait supposable que l’assurance est obligatoire seulement lorsque le véhicule est utilisé, ce qui n’est pas le cas. Si un véhicule roulant est tenu d’être assuré, celui non roulant l’est encore plus. Beaucoup de personnes ignorent ce détail. Ces dernières ne savent en effet pas comment assurer leurs voitures qui ne roulent pas. Un conseil si vous êtes dans le cas : lisez ce guide.

Souscrire une formule d’assurance au tiers simple

Assurer son véhicule est une règle à laquelle ne déroge aucun Français sous peine de répressions. Ainsi est-il mentionné dans la législation (article L.221-1 du Code des Assurances). Cette législation impose une autre règle exigeant qu’une voiture soit assurée, qu’elle soit en circulation ou non (stationnement ou arrêt). Alors, même stationné ou à l’arrêt, le véhicule doit posséder son assurance, car il peut toujours subir ou causer des dommages.

A découvrir également : Marketing online et offline : quelle stratégie adopter ?

Ainsi, il importe de souscrire un minimum d’assurance à tout véhicule non roulant. Et pour le faire, la formule de base conseillée : l’assurance au tiers simple. Cette formule est la moins chère des formules indiquées pour un véhicule non fonctionnel et donc, plus économique. Aussi, elle contient la garantie de Responsabilité civile pouvant prendre en charge les dégâts causés à autrui (incendie et collision). Ceci part du principe selon lequel un véhicule non fonctionnel est susceptible d’exploser, d’incendier ou de cogner par défaut de frein.

Souscrire une formule d’assurance kilométrage

Si la formule d’assurance au tiers simple est l’idéale pour une voiture qui ne roule pas, elle n’est pas la seule possible. L’assurance au kilomètre est aussi un type d’assurance qui correspond à un véhicule non roulant. Il s’agit d’une formule d’assurance qui fonctionne de la manière suivante : le kilométrage induit le montant des mensualités d’assurance. Précisons cependant que pour cette assurance au kilomètre, deux options sont disponibles.

A lire aussi : Que deviennent les bouteilles en plastique ?

La première option est une forme d’offre forfaitaire sur nombre de kilomètres (ou par kilométrage). Autrement dit, le propriétaire du véhicule définira (sur une durée donnée) la distance ou le nombre de kilomètres à parcourir avec son véhicule. Plusieurs intervalles sont proposés pour contenter les conducteurs : de 6 000 à 20 000 km. Quant à la seconde option, il s’agit d’une offre appelée « pay as you drive« . En d’autres termes, c’est une assurance dans laquelle plus le conducteur roule, plus il paye, et inversement. Pour un véhicule non roulant, cette dernière option sera parfaite.

Souscrire une formule d’assurance parking

Dans la galerie des assurances à souscrire pour une voiture hors circulation, une troisième formule se présente. Cette dernière est l’assurance parking. Il s’agit d’une forme d’assurance dont la principale fonction est de prendre en charge les véhicules mis aux arrêts pour de longs moments. Généralement, elle est assimilable à la formule d’assurance au tiers simple. Cependant, quelques critères lui sont propres et le différencient nettement de la formule tiers simple.

La formule d’assurance parking contient l’offre de Responsabilité civile de la formule tiers simple. Elle possède en plus des options de prise en charge comme :

  • le bris de glace ;
  • le vol ;
  • le vandalisme ;
  • les aléas naturels, etc.

Le véhicule est donc assuré pour les dommages causés à autrui, mais aussi pour les dégâts qui lui sont causés. La formule d’assurance parking est donc la plus complète pour une voiture non fonctionnelle. D’une certaine façon, elle s’apparente à la formule d’assurance tiers supérieur.

Choisir un assureur avec un bon rapport garantie/prix

Le choix de l’assureur doit se faire en toute connaissance des différentes souscriptions d’assurance requises pour un véhicule hors circulation. Sans autre forme de considération, le détail capital pour choisir son assureur est le rapport garantie/prix des offres. Ce détail est très important, car il permettra au conducteur d’opter pour des offres aussi complètes qu’abordables. Mieux sera la prise en charge et moins onéreuses seront les charges.

De toute évidence alors, le rapport entre offre de garantie et prix doit être mesuré par tout propriétaire assuré. Néanmoins, les propriétaires de véhicules ont toujours la possibilité de prendre l’assurance de leur choix pour leurs voitures immobilisées. Le tout sera une question de préférence.

Articles similaires